accueil > Note d'intention

Note d'intention

Baal - texte de Bertolt Brecht, mise en scène d'Armel Roussel

Libre.

Voilà un mot tout simple et bien compliqué.

Baal est-il libre ?

Est-ce qu’être vraiment libre, c’est s’affranchir de toute règle, de tout code, de toute morale ?

Ou sommes-nous aussi protégés par ce qui nous contraints ?

Que ferions-nous et que serions-nous si nous n’avions pas de limite ?


Baal est un poète mais c’est aussi un porc.

Peut-on en 2022 faire d’un porc le héros d’une pièce ?

Je crois que c’est aussi cette question qui m’amène vers ce texte. Parce qu’il y a une impossibilité quelque part.

J’ai failli appeler le spectacle :  "Baal - déconstruction » .

Puis je me suis ravisé , je trouvais cela trop … je ne sais pas… précis ? Provocant ? Limitatif ? Moral ?

Et puis les ayant-droits de Brecht ne seraient pas OK.

A la base, Ils ont des droits ! Nous des devoirs !

Nous sommes contraints.

Baal aurait envoyé tout cela balader.

Brecht je ne sais pas.

Et nous, nous ferons avec.

Baal, c’est le premier texte de Brecht, Il l’a écrit en 1919 à 19 ans.

C’est à la fois son auto-portrait et le portrait d’une jeunesse fracassée à l’issue de la Première Guerre mondiale.

Je pense que jouer Baal c’est aussi faire l’auto-portrait de celui qui le joue et sans doute aussi un peu de celui qui le met en scène.

Nous allons nous confronter à des choses dangereuses de nous.

Il n’y aura pas de concession.

J’ai toujours pensé que le moment du spectacle… même si on y parle de choses difficiles… que ce moment devait être joyeux.  

Non pour faire rire, mais parce que placer la recherche de la joie au centre de tout, c’est encore laisser palpiter la vie et le désir.

Le spectacle « Baal » sera une fête.

Que nous célébrerons à dix acteurices.

Ca va être rock. Ca va être fou. Ca va être ivre.

.Y-a-t-il de l’amour dans le personnage de Baal ?

Comment allons-nous l’aimer ?


Armel Roussel

Découvrez aussi...