accueil > Les serments indiscrets

du 18 au 28 septembre 2014

Les serments indiscrets

Grande Salle

> Libération, 8 novembre 2012
« La mise en scène de Christophe Rauck insuffle délicatesse et violence à la pièce de Marivaux. (...) L’attention ne fléchit jamais pendant les quelque deux heures que dure la représentation. »
René Solis

> Le Monde, 7 novembre 2012
« La mise en scène de Christophe Rauck cherche plutôt ce qu'il y a de pétillant dans l'action, de brillant dans le discours, et de touchant dans les sentiments. (...) Un Marivaux fort recommandable. Comment ne pas être sensible à une représentation charnelle et généreuse de Marivaux, et à la belle présence, intempestive et blessée, de Cécile Garcia-Fogel ? »
Brigitte Salino

> Les Echos, 5 novembre 2012
« Une bulle de rires et de larmes, prête à exploser à tout moment. (...) Les spectateurs sont embarqués comme sur un tapis volant en dehors du temps, pour vivre intensément, brutalement presque, cette passion violente. Christophe Rauck monte la pièce à un degré d'incandescence tel qu'on sort presque épuisé du spectacle. »
Philippe Chevilley

> La Croix, 2 novembre 2012
« Une extraordinaire machine infernale, (...) une troupe d’acteurs exceptionnels. Un spectacle palpitant, frémissant et tremblant. »
Didier Méreuze

> Le Figaro, le 26 octobre 2012
« Le génial Marivaux tire l'une de ses plus vertigineuses comédies. (...) La nature rétive et ombrageuse de Lucile est exaltée par la personnalité magnifique de Cécile Garcia-Fogel. »
Armelle Héliot

> Les Inrockuptibles, 14 novembre 2012
« La réussite de la mise en scène repose autant sur une distribution parfaite (…) que sur une scénographie aussi belle qu’ingénieuse où le temps s’abolit. »
Fabienne Arvers

> L’Express, 7 novembre 2012
« Un vrai bonheur. »
Laurence Liban

De Marivaux
Mise en scène Christophe Rauck
Avec Cécile Garcia Fogel, Sabrina Kouroughli, Hélène Schwaller, Marc Chouppart, Pierre-François Garel, Marc Susini, Alain Trétout

Dramaturgie Leslie Six, scénographie Aurélie Thomas, costumes Coralie Sanvoisin, assistée de Peggy Sturm, lumière Olivier Oudiou, son David Geffard, vidéo Kristelle Paré 

Ce spectacle a reçu le Grand Prix de la critique au titre du meilleur spectacle théâtral de l'année 12-13.

Par la volonté de leurs pères, Lucile et Damis sont promis l’un à l’autre. Mais Lucile entend rester une femme libre et Damis ne pas renoncer à son indépendance. Si par amour filial, ils donnent leur accord, les deux jeunes gens font le serment secret de ne jamais se marier et conviennent que Damis, pour semer le trouble sans avoir à se dédire et faire renoncer leurs pères, courtisera Phénice, la sœur de Lucile. Mais le sort en est jeté : le temps du conciliabule, Lucile et Damis sont tombés éperdument amoureux…

« Le génie, c’est Marivaux », dit Christophe Rauck, qui, après Beaumarchais (Le Mariage de Figaro) et avant Racine (Phèdre) signe là une mise en scène majeure, saluée par le Syndicat de la critique (Meilleur spectacle théâtral 2012-2013).

« Il faut se glisser entre les lignes pour arriver à faire entendre le rythme cardiaque des amoureux. La mélancolie qui se dégage de Lucile et Damis est celle de jeunes gens perdus entre le désir d’aimer et la peur de ne pas l’être ». La troupe de comédiens (à retrouver pour certains dans Phèdre) fait résonner chaque mot de cette vertigineuse comédie à la rhétorique brillante. Mélange raffiné de clair-obscur, chandelles qui se consument, tulles et vidéo, le spectacle nous embarque au cœur de cette passion violente qu’est l’amour.

_
AU BORD DU PLATEAU
JEUDI 25 SEPTEMBRE

Rencontre avec l'équipe artistique après la représentation.

_
Production : TGP-CDN de Saint-Denis
Co-production : La Filature, Scène Nationale de Mulhouse