accueil > l'École > LA FORMATION > PARCOURS COMÉDIENS

PARCOURS COMÉDIEN

La pensée, la voix, le corps

Par les grands textes de répertoire classique et contemporain, le jeune acteur fait ses gammes. En se confrontant aux textes du répertoire, les obstacles apparaissent et obligent l’acteur à développer ses capacités techniques, son imaginaire, son intelligence du texte et le début de son positionnement dramaturgique vis-à-vis d’un rôle et d’une pièce. Le théâtre est un art collectif mais l’enseignement est avant tout individuel, aller sur scène est un acte individuel et périlleux. Le groupe des intervenants et des élèves est là pour accompagner ce « saut ». C’est par un travail intensif sur le répertoire que l’École du Nord souhaite former ses acteurs.

L'ensembles des ateliers est dirigé par des artistes en activité : metteur en scène, acteur, dramaturge, auteur, chorégraphe, circassien, chanteur…

La pensée, la voix, le corps : cette trinité est toujours en relation directe avec le jeu.

Le point de vue de l’acteur

Au théâtre, jouer c’est penser et penser c’est vivre. 
Le point de vue de l’acteur est indispensable à la maîtrise de son jeu. L’école ne forme pas des interprètes mais de jeunes créateurs interprètes, des gens curieux de leur art, qui interrogent constamment leur pratique en fonction de leur parcours.

L’école propose aux élèves de travailler sur les différents points de vue d’une pièce et d’un rôle : les points de vue scéniques, esthétiques mais aussi dramaturgiques. Les élèves d’une école supérieure sont déjà de jeunes artistes en devenir. Pour enrichir ces futurs comédiens, il faut les rendre responsables de leur pratique.

Un acteur doit maîtriser la lecture d’un texte, d’une pièce, d’un rôle, pour commencer à poser les premières pierres de son interprétation.

L’émancipation de l’élève est la base de cet apprentissage, c’est ce qui va lui permettre plus tard de filtrer les indications du metteur en scène et d’être en capacité d’enrichir par ses propositions l’univers d’un spectacle.

Les cours de dramaturgie, les cours d’écriture réalisés en compagnie des jeunes auteurs, combinés au travail d’acteur sur le plateau, permettent à l’élève acteur d’aiguiser son point de vue. Ils constituent les outils fondamentaux de la formation.

La caméra et le son sont aussi des outils indispensables pour le travail d’acteur. La rencontre avec la technique de la caméra permet à un jeune acteur de se confronter à un autre type de jeu. La friction avec cette forme de jeu enrichit les élèves car elle déplace la notion même de jeu d’acteur. Au théâtre, un acteur pense par le texte, le personnage dit ce qu’il pense. Devant une caméra, la pensée d’un acteur est muette, elle est filmée par le réalisateur pour exprimer l’état ou le point de vue d’une personne. Outre la confrontation avec cette technique, la découverte d’un nouveau langage et de nouveaux artistes ne fait qu’enrichir le jeune comédien.

La voix

Ce que l’on appelle traditionnellement « la voix » n’est autre que le son d’un acteur. Ce n’est pas la voix que nous cherchons chez un jeune élève, c’est le cri. Sans violence, il n’y a pas de cri, sans cri il n’y a pas d’acteur. Le jeune acteur doit travailler le son par lequel son cri va passer.
Avec le travail sur la voix, l’acteur exprime ses émotions, ses points de vue. C’est l’originalité et les variations phoniques de son jeu qui vont révéler sa singularité.

L’École du Nord propose un travail sur le chant choral. L’acteur y apprend avec des artistes du baroque, de jazz à développer son oreille et à explorer la polyphonie. Un travail de prosodie, d'articulation et de projection de la voix a également lieu en parallèle des stages d'interprétations. 

Le corps

L’autre outil fondamental de l’acteur est le corps. Pour jouer, un acteur doit connaître son centre. Certains jeunes gens le trouvent tout de suite, d’autres doivent le découvrir. Avec le travail chorégraphique, le travail physique est aussi enrichi par la technique du cirque.

Les artistes de la danse, qu’ils soient interprètes ou chorégraphes, sont invités à participer à la pédagogie de l’école.
Les artistes de cirque sont en complète harmonie avec leur corps. Il est toujours difficile d’imaginer son corps comme un véritable outil. Pour les danseurs et les circassiens c’est une question centrale. Ils apprendront aux acteurs l’équilibre, l’espace et le courage physique.

La danse contemporaine, le hip hop, la chorale, le cirque, le cinéma et les arts numériques sont traités en relation directe avec les cours d’interprétation.

Le suivi pédagogique

Un parrain de promotion

Durant les trois années de formation, la promotion d’élèves est suivie par un artiste en activité, comédien(ne) ou metteur(e) en scène. Il est important pour un élève de savoir que son référent pédagogique est avant tout un artiste connu et reconnu de la scène. Un jeune acteur a besoin d’une attention réelle et d’un encadrement fort pour comprendre son parcours.

Le parrain donne au moins deux stages durant les trois ans du cursus. Il suit les élèves lors de chaque stage et les rencontre après chaque présentation publique pour leur faire un retour sur leur travail.

Le parrain de la promotion 6 (2018-2021) est Alain Françon.

L’effort et la régularité

L’élève acteur court généralement le risque d’être écrasé par la stricte idée du talent. Il cherche à analyser cette notion très subjective et se dispense parfois de fournir les efforts et l’acharnement nécessaires à l’apprentissage d’un métier.

L’enseignement artistique est de cette manière minimisé et dévalorisé. L’effort et la régularité dans l’apprentissage ouvrent le chemin vers l’inconnu. Ils préparent formidablement à l’interprétation la plus savante et la plus juste.

Déroulé de la formation

1ère année

Développer ses capacités techniques, son imaginaires, son intelligence du texte et le début de son positonnement dramaturgique. L'accent est mis sur les textes de répertoire classique et contemporain. Le travail au plateau est complété d'une formation vocale et polyphonique et d'un entraînement physique et chorégraphique. Tous les après-midi sont dégagés pour l’interprétation.

Des matinées sont libérées pour laisser les élèves préparer leurs travaux. Le travail d’interprétation demande un travail personnel de préparation de mise en place de l’espace, des choix de costume, d’orientation sur le jeu. L’intervenant est là pour pousser la proposition qui doit venir des acteurs.

Ce rythme volontairement régulier sera interrompu par des stages avec le Centre régional des arts du cirque (à Lomme) ou un module vocale.

L'étude des textes, la dramaturgie tient une place essentielle dans la formation. Le partenariat avec Théâtre Ouvert sur les écritures contemporaines commence dès cette première année.

Durant le premier semestre de cette première année, élèves-comédiens et élèves-auteurs suivent le même programme de formation.

Les intervenants artistiques de 1ère année (2018-2019)

  • Metteur(e) en scène / comédien(ne) : Gilles Defacque, Cécile Garcia Fogel, Alain Françon, Jean-Pierre Garnier, Igor Mendjisky, Christophe Rauck, Marie-Christine Soma 
  • Dramaturge : Pascale Gateau, André Markowicz, David Tuaillon
  • Chorale, chant et prosodie : Thomas Flahauw, Dorli Lamar, Jean-François Lombard
  • Chorégraphe : Farid Ounchiouene, Brandon Lagaert (Peeping Tom)
  • Travail du corps : Clément Dazin et Mahmoud Louertani
  • Modules universitaires / Histoires de l’Art, avec les enseignants de l'Université de Lille : Maxence Cambron, Marie Glon, Marion Sage, Sotiri Haviaras, Biliana Vassileva

2ème année

En 2e année, un stage sur le répertoire classique maintiendra toujours la même exigence sur le jeu. L’étude des textes contemporains du répertoire et d’auteurs vivants apparaîtra dans la formation

Le travail autour de la voix et du corps est maintenu et peut être étendu à des stages d'une semaine.

Les élèves comédiens commenceront un travail de lecture, mise en espace avec un intervenant sur les textes des 4 jeunes élèves auteurs. La dramaturgie et le partenariat à Théâtre Ouvert se poursuivent.

C’est au cours de cette 2ème année que les élèves proposeront leur «voyage». Accompagnés par l’École dans l'écriture et l'organisation de leur projet, les élèves partent en France ou à l’étranger pour bâtir à la rentrée en 3e année leur projet personnel.

3ème année

L'année s'ouvre par les croquis de voyage présentés au public le temps d'un week-end. Après les présentations de ces formes libres issues du voyage début octobre, la 3ème année est consacrée à la rencontre avec les metteurs en scène, les maquettes avec les jeunes auteurs et le spectacle de sortie.

Théâtre Ouvert propose un module de recherche sur les écritures contemporaines en lien avec les artistes de sa programmation. Une mise en espace ou une lecture a lieu à Paris pour rendre compte de ce travail.

Découvrez aussi...