accueil > Extrait de la pièce

Extrait de la pièce

Harlem Quartet
Avant-goût

"Je serai fier de lui jusqu'à ma mort"

traduction Kevin KEISS

 

TONY.

Je veux te parler, Papa

 

HALL.

Okay

Tony regarde ses énormes mains et les enroulent autour de ses énormes pieds.

Hall regarde son fils avec un amour soudain pour le jeune homme qu’il est en train de devenir.

TONY.

Sortons dehors une minute

HALL, criant en direction de la cuisine.

Tony et moi on va faire un tour dans le jardin

Ils marchent dans le jardin, s’éloignent.

 

TONY.

Mon oncle

Arthur

Il était comment?

 

HALL.

Ben

Pourquoi tu veux savoir?

Toi, tu l’as connu

 

TONY.

Vas-y

J'étais un bébé

Qu'est-ce que je pouvais connaître?

 

HALL.

Ben

Qu’est-ce que tu veux savoir?

 

TONY.

Beaucoup de gamins à l’école

Ils disent des trucs sur lui

HALL, regrettant de ne pas avoir pris son verre avec lui.

Qu’est-ce qu’ils disent?

 

TONY.

Ils disent

Que c'était un pédé

 

HALL.

Ben

Tu vas entendre un paquet de choses à propos de ton oncle

 

TONY.

Ouais

C'est pour ça que je te demande

 

HALL.

Ton oncle

Beaucoup de gens pensaient

 

TONY.

Non

Je te demande à toi

 

HALL.

Okay

Ton oncle était mon frère, d’accord?

Et je l’aimais, okay?

C'était un homme très

Solitaire

Il a eu une vie très

Étrange

Je pense que

C'était un très grand chanteur

Le regard de Tony ne quitte plus son père et Hall parle aux yeux de Tony.

Oui

Je connais beaucoup d'hommes qui ont aimé mon frère

Ton oncle

Ou qui pensaient l’aimer

Je connais deux hommes que

Ton oncle

Arthur

A aimés

TONY.

 

C’était l’un de ces hommes

Jimmy

HALL.

 

Tu veux dire

Le frère de Julia?

 

TONY.

Oui

 

HALL.

Oui

Tony hoche la tête.

Je sais que

Avant Jimmy

Arthur a couché avec beaucoup de gens

Surtout des hommes

Mais pas toujours

Il était jeune, Tony

Avant ta mère, moi aussi j'ai couché avec beaucoup de femmes

Surtout des femmes mais

Dans l’armée

J'étais jeune aussi

Pas toujours des femmes

Tu veux la vérité, je suis en train d’essayer de te dire la vérité

Peu importe laisse-moi te dire bébé (fiston)

Je suis fier de mon frère

Ton oncle

Et je serai fier de lui jusqu’au jour de ma mort

Et toi aussi tu devrais l'être

Putain peu importe ce que ton oncle était

Et il était beaucoup de choses à la fois

Mais il a jamais été le pédé de personne

Tony observe son père.

Tony,

Est-ce que ta mère et moi on ne t'a pas toujours élevé correctement?

Est-ce que moi

Nous

Dis-moi

On t’a pas toujours expliqué qu’il ne fallait pas croire aux étiquettes?

 

TONY, détournant son regard.

Oui c'est vrai

 

HALL

Est-ce qu’à mon tour je peux te poser une question?

 

TONY.

Bien sûr

 

HALL.

Qu’est-ce que toi tu pensais de ton oncle?

 

TONY, baissant les yeux et souriant sans le vouloir.

Je pensais que c’était un mec dingue et génial

Regardant son père.

Je l'aimais

C'est pour ça que

Je voulais que tu me dises

Les larmes lui coulent du nez et il rejette la tête en arrière. Hall n'ose pas le toucher de peur de pleurer aussi.

 

ODESSA.

Rentrez-vous deux

Le dîner va refroidir

Ils restent plantés sans bouger. Tony est presque aussi grand que Hall qui n’ose pas le toucher.

 

HALL.

Ben

Merci de m'avoir demandé

Ils repartent vers l'arrière de la maison. Dans la pièce l’ambiance a changé. La hi-fi est silencieuse. Sur la table basse, Julia a placé deux longues bougies blanches mais elle ne les a pas encore allumées.

Le plateau de la table, en bois verni foncé et brillant, porte des napperons....