accueil > Entretien avec Christophe Rauck sur Départ Volontaire

Entretien avec Christophe Rauck sur Départ Volontaire

Après plusieurs grands classiques, dont un Shakespeare, Comme il vous plaira, qui repart en tournée, vous revenez au théâtre contemporain et passer une 6e commande à Rémi De Vos…

Il n’y a pas de calcul de ma part entre textes classiques et contemporains. Tout dépend des questions que je me pose.  Si j’ai envie de me plonger dans la densité d’une œuvre classique, de travailler sur la fable, d’en tirer quelque chose... ou si j’ai envie d’être plus au près du sujet comme l’exigent les textes contemporains. …
J’avais donné à Rémi De Vos la consigne d’écrire une pièce sur un procès et de passer de ce procès à la fiction, avec les mêmes acteurs. C’est lui qui a choisi d’écrire sur le travail. Dès la première lecture, la théâtralité du propos m’a plu et j’ai trouvé que cette mécanique qui permet à cinq acteurs de jouer tous les personnages de la pièce était vraiment réussie.
Les pièces sur le monde du travail ne sont pas si nombreuses et je trouve intéressant qu’on puisse en parler de cette manière. Rémi fait un théâtre de l’ordinaire ; au théâtre on aime l’extraordinaire, c’est peut-être ce qui fait que certains ont du mal avec ses textes… Mais moi j’aime cette façon qu’il a de bouger « les vaches sacrées » et de ne pas être tendre avec nous-mêmes ; d’être à la fois caustique et critique. Et puis cette langue est très musicale, très écrite ; à la première lecture on a l’impression qu’on la parle déjà mais c’est faux, nous devons l’apprivoiser et la comprendre pour ne pas tomber dans le piège de la banalité.  C’est un vrai bonheur de travailler avec cette écriture. 
 

Comment avez-vous choisi vos acteurs qui, à part Xavier, le personnage principal, ont tous deux rôles et plus ? 

La seule question que je me suis posée portait sur l’âge que devaient avoir les personnages : est-ce qu’il fallait choisir des gens de 30 ou plutôt 40 ans ? J’ai trouvé que c’était plus profond, plus tragique avec des comédiens plus âgés. Ce choix effectué, la distribution est devenue évidente. Je voulais travailler avec Micha Lescot depuis longtemps, c’est un comédien extraordinaire dont j’aime le travail depuis toujours. L’occasion de lui proposer un rôle ne s’était jamais vraiment présentée mais là, je savais qu’il avait vu Cassé, la pièce de Rémi De Vos à sa création au TGP en 2012 et qu’il avait beaucoup aimé. Je retrouve aussi Virginie Colemyn qui jouait aussi dans Cassé et Annie Mercier avec qui j’avais travaillé en 2006 sur Getting attention de Martin Crimp. Je voulais également rencontrer David Houri que j’avais vu jouer et qui m’avait littéralement bluffé par la modernité de son jeu et de sa présence. Stanislas Stanic, je le connaissais pour l’avoir vu jouer dans plusieurs spectacles, il s’est imposé de lui-même : j’ai tout de suite pensé à lui pour certains rôles au sein de la banque.  

Comment imaginer la scénographie avec ces deux temporalités et la dualité des rôles ?

Aurélie Thomas, la scénographe, a décelé dans l’écriture de Rémi De Vos un caractère cinématographique. Rémi raconte l’histoire d’un homme qui est visité par plusieurs personnages joués par quatre comédiens, tels des satellites qui tournent autour de lui et qui sont doubles.  Deux figures féminines : sa mère qui joue aussi la présidente du tribunal, sa femme qui est aussi sa maîtresse, puis le copain qui est aussi son avocat, etc.
On a beaucoup réfléchi et parlé de cinéma, et l’idée d’un long plan séquence durant lequel on pourrait suivre le héros est venue : la tournette nous est apparue comme le meilleur moyen de poser le personnage de Xavier dans une situation ou une autre. Au théâtre, la tournette est traditionnellement utilisée pour changer de décor ; là, c’est pour changer le point de vue sur l’histoire, selon qu’on est au tribunal où l’on apprend une vérité, ou chez Xavier où l’on découvre une autre réalité… Suffit de rembobiner ! On s’amuse plus à l’intérieur des transitions et tout ça devient riche de sens. La tournette devient outil de narration de l’écriture.

On avait aussi la volonté d’être dans quelque chose d’assez mental, au plus proche de ce qui se passe dans la tête de Xavier. D’où une esthétique très sobre, le décor n’a pas beaucoup de gras !
Si la tournette est arrivée pour répondre aux besoins cinématographiques de l’écriture, il s’avère que visuellement, elle devient aussi la machine qui broie Xavier. Dramaturgiquement, Rémi De Vos a fabriqué une machine qui broie cet homme, pris dans un délire de gagner toujours plus d’argent et qui court à sa perte, or le mouvement circulaire de la tournette, développe scéniquement son issue tragique.

Propos recueillis le 28 mars 2019