tout savoir sur faire du feu avec du bois mouillé

Avec Faire du feu avec du bois mouillé en décembre et Le Pays de rien en avril, la programmation jeune public du Théâtre du Nord fait cette saison un focus sur l’écriture de Nathalie Papin, auteure au regard fort et singulier sur l’enfance, lauréate en 2016 du Grand Prix de littérature dramatique jeunesse pour Léonie et Noélie, un texte sur la gémellité.

L’abécédaire, Faire du feu avec du bois mouillé, est un hommage à la petite fille qui voulait apprendre le dictionnaire par cœur, ou mourir. Cette petite fille n’a cessé de frapper à la porte de chacune de mes pièces. Je l’ai plus ou moins écoutée. Puis l’abécédaire est arrivé et elle s’est imposée avec aplomb. Pas désespérée comme elle l’était à 10 ans. Non, souriante, parce qu’un personnage, un peu plus âgé, va “à sa place, apprendre tous les mots du dictionnaire, 63 000 mots… tous les jours pendant 7 ans.” La fiction se charge de ce que la réalité n’a pu endosser.

Cet abécédaire est à l’envers, il commence par la lettre Z. Z comme ZZZZ. Commencer par le Z est un chemin plus sûr pour aller jusqu’au bout et aussi ne pas s’ennuyer. Honorer le Z est assez rare : il a peu de mots. Et le Z est content parce qu’il est rarement dans la lumière. Je ne destinais pas cet abécédaire pour la scène, je voulais juste en faire un livre qui circule de main en main, tranquillement ou qui se glisse dans une poche. Un livre où je m’explique sur mon théâtre. Pour répondre aux questions entendues si souvent.

Betty Heurtebise, metteure en scène, l’a entendu et une aventure est née. Celle de mettre l’auteure dans une page couverte de mots qui s’animent, qui bougent et jouent avec moi. Et j’y retourne, physiquement, dans un dictionnaire. Mais cette fois-ci, c’est le mien… Et je m’en amuse.

Nathalie Papin

“Mon premier échec, c’est de ne pas avoir réussi à apprendre le dictionnaire quand j’étais enfant. J’avais dix ans.
Le fantasme de l’enfance ? C’est de déployer son monde intérieur, de le mettre en œuvre.
L’enfance pour beaucoup est comme une chose définie et attachée à un temps passé.
Or, l’enfance est atemporelle.”
Nathalie Papin

Extrait d’une conversation entre Nathalie Papin et Betty Heurtebise, 2012.

 

La mise en jeu de Faire du feu avec du bois mouillé prolonge ou annonce ce florilège de pensées et de questions que Nathalie Papin se pose. Comment jouer avec les lettres et les mots afin de révéler une présence au monde sensible et profonde ? C’est ce qui me bouleverse dans l’écriture de Nathalie Papin, cet endroit de l’indicible et du poétique. J’aimerais que le corps, la voix et les mots ne forment qu’un tout pour atteindre le mystère de l’écriture.
Dans un livre ouvert glissent des formes constituées de lettres, de titres, de phrases. Pour chaque lettre, comme une ritournelle, le monde graphique est systématiquement chamboulé, bousculé pour faire naître une flottaison de mots douce et fluide. La surface de projection permet de jouer avec l’alphabet en faisant s’entrechoquer les lettres et les mots pour une composition libre et amusée, comme un nouveau langage. Des particules font naître les lettres, révélatrices de cette pensée intérieure libre et sauvage de Nathalie Papin. S’est ajouté à la complicité née entre l’auteure et la metteure en scène, le talent du vidéaste, Valéry Faidherbe pour donner à cet abécédaire à l’envers un langage graphique poétique et surprenant. Betty Heurtebise