tout savoir sur amour et psyché

Après L’Histoire du soldat (Noël 2015 au Théâtre du Nord), Omar Porras s’empare du mythe antique de Psyché, qui conte les amours entre une mortelle et un Dieu, dont Molière livra, à la demande de Louis XIV (1671), la plus célèbre version française, une tragédie-ballet, écrite avec l’aide de Corneille et de Lully pour la musique…

Notre adaptation de la Psyché de Molière, comme cela avait été le cas pour celle de El don Juan (basée sur la pièce de Tirso de Molina et sur ses réécritures contemporaines italiennes et françaises), ne proposera pas seulement les plus belles scènes de la pièce – et notamment celles merveilleusement mises en vers par Corneille – mais aussi des éléments empruntés à la version de La Fontaine, aux livrets d’opéra italiens et français ainsi qu’au texte original d’Apulée dans une traduction d’époque (extrait des livres IV-VI de son roman Les Métamorphoses au IIe siècle après J.C.)

Les versions purement narratives du mythe, autant dans l’Antiquité qu’à la Renaissance, ont toujours été précédées par des représentations artistiques des principaux épisodes de l’histoire, comme si la dimension visuelle primait sur les autres aspects : la scène est donc sans doute le lieu privilégié pour une recréation du mythe de Psyché.

Notre relecture passe à travers le prisme de Molière et des interprétations de ses contemporains pour mieux retrouver à ses origines l’essence d’une fable qui traverse toute notre culture : les aventures d’une âme, notre âme – psyché -, aux prises avec le sentiment humain le plus mystérieux et universel, l’amour.

Psyché est la pièce de Molière dans laquelle l’auteur explore le plus intensément la mythologie – elle se révèle en condensé de mythe et de théâtralité. J’ai eu envie d’aller chercher cette parole ancrée au XVIIe siècle, de puiser dans la profondeur de cette langue afin de retrouver la musicalité de la langue des poètes de l’époque. A l’origine de mon désir de mise en scène, il y a donc le mythe et la manière de le transmettre.

Un mythe est le résultat d’un phénomène extraordinaire, naturel ou surnaturel, qui a été raconté génération après génération. Nous participons à la construction des mythes et légendes en contant nos propres histoires. Le théâtre est non seulement une source mais aussi un chemin qui permet de penser les modes de vie, représenter les expériences, à travers l’assemblage des différents arts. Nous contribuons à la prolongation des mythes

 Je me suis toujours intéressé aux textes fondamentaux de notre culture occidentale – avec des figures comme celles de Faust, Quijote, Don Juan, Dionysos… Avec Vénus, Amour et Psyché – le trio au cœur de cette fable – nous travaillons d’après Molière mais également avec d’autres sources, notamment Apulée, La Fontaine et certains librettistes italiens du XVIIe siècle.

Parler de mythe et des sources me propulse vers les arts premiers. Nous les côtoierons dans Amour et Psyché – tant pour les images que pour la musique. Je viens d’une culture très proche des arts premiers imprégnée de mythologies indépendantes de la tradition gréco-romaine, par exemple celle des peuples Yagua ou Desana. Les arts premiers, c’est aussi Lascaux, l’art africain, l’art polynésien ou les réinterprétations modernes de Picasso – le mythe s’abrite sous l’aile de ces artistes puissants. C’est là que se trouve le centre d’inspiration de notre création : loin des archétypes de beauté contemporains, loin de la beauté apollinienne célébrée du temps de Molière – loin du baiser d’Amour et Psyché en marbre blanc ! Je veux chercher Vénus parmi la paille, l’argile, l’or brut, le tressage des joncs ; la trouver dans un totem témoignant de la création de l’humanité, dans des compositions symboliques et géométriques.

Amour et Psyché fait le récit d’une quête spirituelle mais explore aussi l’amour interdit – pour raison de caste – l’amour entre une mortelle et un immortel, qui devrait aboutir à l’impossibilité de l’amour. Mais l’amour demeure une conquête, il nécessite un rite initiatique : magie, transgression, transe, visions, dépassement de soi pour atteindre l’amour – c’est ce que représente ce mythe, devenu aventure théâtrale.

Psyché fait donc l’objet d’une métamorphose – de mortelle en déesse – obtenue après de multiples épreuves. Elle pointe vers le sacré. Sa condamnation initiale, elle l’envisage comme un voyage : elle est visionnaire ! Pourquoi accède-t-elle à l’amour ? Parce qu’elle accepte ce

voyage et les épreuves, pas forcément comme souffrance mais comme chemin.

Cette première création du Teatro Malandro au TKM me permet de travailler avec des artistes et artisans fidèles – notamment le scénographe Fredy Porras – vers une réelle célébration du théâtre. Nous offrons aux spectateurs notre lecture d’un mythe – avec des moyens scéniques et théâtraux qui créent un spectacle poétique, lyrique, chargé d’émotions, déployant la machinerie du théâtre : vols célestes, émerveillements pyrotechniques… Nous nous inscrivons aussi dans la continuité des traditions orales, évoquant les conteurs – une manière de revenir à l’origine de l’histoire (qui donc l’a racontée à Apulée ?). Ainsi j’ajoute un élément supplémentaire aux diverses formes de théâtralisation, toujours au service du mythe, vers un spectacle total.

Omar Porras- septembre 2016