‹ voir toute la saison

Toute ma vie j’ai fait des choses que je savais pas faire



De Rémi De Vos
Mise en scène : Christophe Rauck
  • Distribution
  • Equipe
  • Mentions de production

Avec Juliette Plumecocq-Mech

Son David Geffard, lumières Bernard Plançon, collaboration chorégraphique Claire Richard

Production : Le Théâtre du Nord

Descriptif

« Un homme parle. Il parle pour se sauver. Très concrètement, la parole, ici, le tient en vie. Il parle à d’autres hommes, qui l’écoutent. C’est une parole qui se cherche et l’écoute est fragile.
Cela peut s’arrêter à chaque instant et alors quoi ? La violence, qui n’est tenue à distance que par les mots ».

Membre du collectif d’artistes du Théâtre du Nord, Rémi De Vos a écrit, à la demande de Christophe Rauck, un monologue pour la comédienne Juliette Plumecocq-Mech. L’histoire d’un gars qui boit une bière dans un bar et qui se fait agresser verbalement par un individu. Une histoire à rebours racontée par la victime elle-même, allongée au sol devant un écran blanc, le mur au pied duquel son histoire s’est achevée dans une silhouette dessinée à la craie. 45 minutes d’une formidable performance au sol pour rembobiner le cours du drame. Comment réagir à la violence quand elle vous tombe dessus ? Comment sauver sa peau sans subir les coups ? Sur deux sonates de Beethoven, une mise en scène au cordeau, sans cri ni violence mais avec un habillage sonore, Rémi De Vos déroule le fil de la pensée d’un personnage en sursis. Un magnifique personnage  porté par une comédienne atypique qui pourrait être chacun de nous. Après le Festival d’Avignon Off 2016, ce monologue inspiré revient à Lille pour achever, avec intensité, la saison 16-17.

Autour du spectacle

Texte publié aux Ed. Actes Sud – Papiers (juin 2016)

Au bord du plateau, rencontre avec l’équipe artistique le jeudi 8 juin après la représentation

  • Réserver

Infos pratiques

7 juin › 24 juin Lille - Petite salle

  • Horaires

    MER. 7 JUIN - 20H
    JEU. 8 JUIN - 19H
    VEN. 9 JUIN - 20H
    SAM. 10 JUIN - 19H
    MAR. 13 JUIN - 20h
    MER. 14 JUIN - 20H
    JEU. 15 JUIN - 19H
    VEN. 16 JUIN - 20h
    SAM. 17 JUIN - 19H
    MAR. 20 JUIN - 20H
    MER. 21 JUIN - 20h
    JEU. 22 JUIN - 19H
    VEN. 23 JUIN - 20h
    SAM. 24 JUIN - 19H
  • Durée

    45 min

    Tarifs

    • Plein tarif : 27€
    • + de 60 ans : 21€
    • - de 30 ans : 10€
    • Demandeur d'emploi : 7€



La presse en parle

> Télérama, le 6 juin 2017
Voir ce plaidoyer écrit d’une volée — sans paragraphe, parce que le temps est compté et qu’il faut tout dire — est une expérience forte pour le spectateur.
Emmanuelle Bouchez

> Toutelaculture.com
« La mise en scène pure et raide de Rauck est un bijou.« 

> Politis, le 1er septembre 2016
« Qu’est-ce qu’elle a, sa gueule ? »
Gilles Costaz

> L’Humanité, le 19 juillet 2016
« On est suspendu à ses lèvres. Elle parle et parle, se soûle de mots comme on s’accroche à la vie. »
M.J.S.

> Théâtral magazine, le 17 juillet 2016
« Subir une peur paralysante, être terrorisé ; le metteur en scène propose de nous le montrer par une forme de chorégraphie au sol de ce corps qui se tord, se contracte, s’arc-boute, s’agenouille. »
François Varlin

> Sceneweb.fr, le 16 juillet 2016
« Le texte de Rémi De Vos est haletant, à couper le souffle. »
Stéphane Capron

> Marianne, le 16 juillet 2016
« Juliette Plumecocq-Mech, étendue sur le sol, telle un cadavre délimité d’un trait blanc par la police.« 

> La Revueduspectacle.fr, le 13 juillet 2016
« Faire revivre à rebours les derniers instants de celui qui est déjà une ombre. »
Jean Grapin

> Madinin’Art, le 13 juillet 2016
« On reste soi-même interdit face à un spectacle d’une telle intensité, qui laisse derrière lui bien des propositions théâtrales du IN. »
Michèle Bigot

> Libération, le 12 juillet 2016
« Agressé, envahi par la peur, le narrateur raconte la scène dans une tension crescendo, un flux de mots qui va et vient musicalement sur l’événement avec un humour noir. »
Frédérique Roussel

> Le Canard Enchainé, le 13 juillet 2016
« Une seule (et quelle !) comédienne, Juliette Plumecoq-Mech »
J.L.P.

> La Terrasse, le 26 juin 2016
« Une proposition tout en nuances et en ruptures, en netteté, en musicalité, qui nous plonge dans la nuit agitée d’un homme devant faire face aux provocations d’un inconnu, dans un bar. « 
Manuel Piolat Soleymat

> La Voix du Nord, le 3 novembre 2015
« texte coup de poing signé Rémi De Vos, membre du collectif artistique du Théâtre du Nord, mise en scène au cordeau du patron – Christophe Rauck –, interprétation saisissante de Juliette Plumecocq-Mech »
Jean-Marie Duhamel

> Liberté hebdo, novembre 2015
« Juliette Plumecocq-Mech est époustouflante de rigueur physique et d’une gestuelle incroyablement maîtrisée, corps d’abord inerte au sol, puis tendu, ployé comme tenant au seul fil de la parole »
Paul K’ros

> Nord Eclair, le 18 janvier 2016
« Il y a de l’autodérision, de l’ironie, de l’humour, mais pas de cynisme. La direction d’acteur est très forte, le décor épuré et totalement utilisé ; Christophe Rauck va au bout de son idée.«