‹ voir toute la saison

Platonov



De Anton Tchekhov
Les Possédés, création collective dirigée par Rodolphe Dana

Avec Yves Arnault, Julien Chavrial, David Clavel, Rodolphe Dana, Emmanuelle Devos, Françoise Gazio, Katja Hunsinger, Antoine Kahan, Emilie Lafarge, Nadir Legrand, Christophe Paou, Marie-Hélène Roig

Traduction André Markowicz* et Françoise Morvan, adaptation Rodolphe Dana et Katja Hunsinger, scénographie Katrijn Baeten et Saskia Louwaard, lumières Valérie Sigward assistée de Wilfried Gourdin, costumes Sara Bartesaghi Gallo, assistante à la mise en scène Inès Cassigneul, régie générale Karine Litchman, administration Claire-Lise Bouchon, production-diffusion Maud Rattaggi, chargée de production Léa Serror
  • Production

Production : Collectif Les Possédés
Coproduction : Théâtre de Nîmes – Scène conventionnée pour la danse ; Scène Nationale d’Aubusson – Théâtre Jean-Lurçat ; La Colline – Théâtre National ; La Comédie de Clermont-Ferrand, Scène Nationale ; Le Bateau Feu – Scène Nationale de Dunkerque ; Les Célestins – Théâtre de Lyon ; Le Grand T – Théâtre Loire Atlantique ; L’Equinoxe – Scène Nationale de Châteauroux ; Théâtre Firmin-Gémier, la Piscine ; MA – Scène Nationale de Montbéliard ; Théâtre de Rungis ; La Passerelle – Scène Nationale des Alpes du Sud, Gap ; Centre Dramatique Régional de Tours – Théâtre Olympia.
Avec le soutien du Fonds d’insertion de l’ESTBA financé par le Conseil Régional d’Aquitaine.
Accueil en résidence de création au Théâtre de Nîmes et à la Ferme du Buisson, Scène Nationale de Marne-la-Vallée.
Le Collectif Les Possédés bénéficie du soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication. Le Collectif Les Possédés est associé à La Ferme du Buisson, Scène nationale de Marne-la-Vallée, à la Scène nationale d’Aubusson – Théâtre Jean-Lurçat et au Théâtre de Nîmes.

Descriptif

Anna Petrovna, jeune veuve accablée de dettes, invite chaque été des amis dans sa maison de campagne. Parmi eux, Platonov, homme promis à un brillant avenir d’intellectuel, devenu instituteur reclus à la campagne, râle, provoque, scandalise, transgresse, séduit, déçoit… Il est celui par qui le drame arrive. « Comment mettre en scène, le vide, l’échec flamboyant de la vie ? », s’interroge Rodolphe Dana qui, avec le Collectif Les Possédés (Tout mon amour, Loin d’eux de Laurent Mauvignier, Bullet Park de John Cheever) revient à Tchekhov dix ans après la création d’Oncle Vania « comme on revient dans sa maison d’enfance, sans nostalgie, avec la même colère contre la résignation, le même grand amour pour se consoler de soi ». Écrite par un Tchekhov de 18 ans, la pièce est « la plus désespérément romantique : tous les personnages se raccrochent à l’amour comme des naufragés à un morceau de bois… » et fait écho à un monde (1871 à 1881) où l’humanité est en plein désarroi intellectuel, religieux, moral et politique, tout comme le nôtre aujourd’hui. Il reste au Collectif Les Possédés – qui accueille Emmanuelle Devos dans le rôle d’Anna Petrovna – à relever, avec l’engagement total qu’on leur connaît, les défis d’interprétation « d’une oeuvre inclassable qui rappelle les grandes pièces mélo¬dramatiques d’un Hugo et celles frénétiquement drôles et cruelles d’un Feydeau, que Tchekhov affectionnait particulièrement… »

Texte à paraître aux Éditions Actes Sud/Babel

_
AU BORD DU PLATEAU
JEUDI 26 MARS
Rencontre avec l’équipe artistique après la représentation

_
JEUDI 26 MARS, 14H
Master class ouverte à tous en compagnie d’André Markowicz et Françoise Morvan, en partenariat avec le Conservatoire de Lille

_
Production : Collectif Les Possédés
Photos : Jean-Louis Fernandez

  • Réserver

Infos pratiques

25 mars › 29 mars Lille - Grande salle

  • Horaires

    MER 25.03 - 20:00
    JEU 26.03 - 19:00
    VEN 27.03 - 20:00
    SAM 28.03 - 19:00
    DIM 29.03 - 16:00
  • Durée

    3h30 (avec entracte)

    Tarifs

    • Plein tarif : 25€
    • Plus de 60 ans : 20€
    • Moins de 30 ans : 10€
    • Sans emploi : 7€


Video


La presse en parle

> Le Parisien, 11 janvier 2015
« Emmanuelle Devos a la grâce et la complexité des héroïnes tchékhoviennes, dont on découvre la profondeur au fur et à mesure de la pièce. Sa présence irradie le plateau, elle est « la générale », mais aussi une femme amoureuse, avide de brûler sa jeunesse avant de dépérir dans ce trou perdu. »

 > La Voix du Nord, 27 mars 2015
« … de l’art d’apporter la rire dans un drame magnifique »