‹ voir toute la saison

nocturne à la villa cavrois



"Aux soirs de grands dîners, j'observais le luxe avec grand plaisir"
Nocturne à la Villa Cavrois en partenariat avec le Centre des Monuments Nationaux
"Monuments en mouvement"
Descriptif

Bérangère Vantusso répond à l’invitation du Centre des Monuments Nationaux avec une création particulière pour la Villa Cavrois, imaginant que cette demeure fastueuse pourrait être celle des directeurs de l’Institut – Monsieur Benjamenta et sa soeur Lise. 

« Aux soirs de grands dîners, j’observais le luxe avec plaisir
Déambulation à la Villa Cavrois

Lorsque le Théâtre du Nord et le Centre des Monuments Nationaux m’ont proposé d’imaginer une création particulière pour la Villa Cavrois, j’étais en train de répéter L’Institut Benjamenta d’après Robert Walser. Pour ce spectacle, nous venions de construire 15  grandes marionnettes très réalistes, représentant de jeunes apprentis domestiques – élèves de l’Institut.

Walser a lui-même été domestique dans plusieurs châteaux. Sa littérature est très emprunte de cette expérience qu’il relate dans de nombreux textes, sur le mode de l’auto-fiction, avec finesse et drôlerie. Puis j’ai visité la Villa – inouïe, tellement élégante, silencieuse – immense et vide, pleine des souvenirs d’une ancienne vie.

J’ai très vite imaginé que cette demeure fastueuse pourrait être celle des directeurs de l’Institut – Monsieur Benjamenta et sa sœur Lise. La pièce fait souvent référence aux mystérieux appartements privés où ils vivent mais on n’y pénètre jamais.

J’ai également pensé à ceux que l’on appelle « le personnel » – étrange mot – celles et ceux qui ont arpenté silencieusement les couloirs de la villa, lavé le linge, fait la cuisine, allumé les lampes, servi la famille et les invités, ceux qui se sont tenus, raides et impénétrables derrière les convives, premiers spectateurs de la vie aristocratique.
J’ai donc eu l’idée, pour un soir, de faire revivre la Villa Cavrois, en y déployant une fable racontée par les 15 grandes marionnettes de domestiques et les 7 acteurs de L’Institut Benjamenta. Et c’est à Walser que je donnerai la parole à travers un texte intitulé Tobold.

 « Tobold  vit comme serviteur dans un château. Personnage papillonesque , il butine toutes les fleurs bizarres d’un monde aristocratique anachronique. Sa souveraineté est celle d’un serviteur soumis. Il est l’allumeur de lampes comtales, un Aladin qui ne se limite pas à son « étude sur l’aristocratie » pour jeter une lumière incongrue sur un monde défunt, assombri. Ce sujet a pour arrière-plan le séjour que fit Walser en 1905 en tant que laquais au château de Dambrau en Silésie. »*

 Extrait :

« L’une des obligations les plus marquantes qui m’incombait était le service des nombreuses lampes, occupation qui me faisait grand plaisir du moment que j’avais appris à beaucoup l’apprécier. Par les belles soirées, c’est à dire quand je me glissais ainsi de salle en salle et que tout était silencieux et plein de douceur, le château entier me semblait enchanté. Toutes les salles étaient comme des salles enchantées, le parc était un parc enchanté, et moi-même, avec ma lumière douce, prudente et précautionneuse, j’étais comme Aladin avec sa lampe magique ou enchantée.»

Visiteurs d’un soir – invités du « comte » – les spectateurs pourront déambuler dans la Villa Cavrois et entendre, au détour d’un couloir ou dans une chambre, l’histoire rêvée de cette  « maison »,  Aux soirs de grands dîners… »


Bérangère Vantusso – décembre 2016

 

Villa Cavrois, 60 avenue du Président Kennedy à Croix
Localiser
Visiter le site de la Villa Cavrois

logo-monuments-nationaux

  • Réserver

Infos pratiques

11 février Croix - Villa Cavrois

  • Horaires

    SAM. 11 FEV. - 19H
    SAM. 11 FEV. - 21H
  • Durée

    Durée de la visite : 1h

    Tarifs

    • Tarif plein : 15€
    • Tarif réduit : 10€
    • Pensez à réserver votre place dans la navette mise à disposition au départ de Lille (03.20.14.24.24.)


La presse en parle

> La Terrasse, le 25 janvier 2017
« Spectateurs, visiteurs d’un soir, à vous de découvrir le mystère de cette lumière rêvée ! »
Agnès Santi