‹ voir toute la saison

Le temps et la chambre



De Botho Strauss
Texte français : Michel Vinaver
Mise en scène : Alain Françon
  • Distribution
  • Equipe
  • Mentions de production

Avec  Antoine Mathieu, Charlie Nelson, Gilles Privat, Aurélie Reinhorn, Georgia Scalliet de la Comédie-Française, Renaud Triffault, Dominique Valadié, Jacques Weber, Wladimir Yordanoff et la voix d’Anouk Grinberg

Dramaturgie David Tuaillon, assistant à la mise en scène Nicolas Doutey, décor Jacques Gabel, lumières Joël Hourbeigt, costumes Marie La Rocca, musique Marie-Jeanne Séréro, son Léonard Françon, coiffure maquillage Pierre Duchemin

Production : Théâtre des nuages de neige
Coproduction : Théâtre National de Strasbourg ; La Colline, Théâtre National

Descriptif

Une pièce avec trois grandes fenêtres donnant sur la rue. Devant celle du milieu, une petite table et deux fauteuils : l’un est occupé par Olaf ; l’autre, tourné vers la fenêtre, est occupé par Julius. Celui-ci observe les gens dans la rue. Il décrit une fille. On sonne. Elle entre. Elle leur est inconnue mais elle sait qu’ils parlaient d’elle. On sonne, « L’Homme sans montre » entre. Il était à une fête ici la nuit dernière et il a oublié sa montre. C’était pourtant bien ici ? Qui sont ces gens (Marie Steuber, L’Impatiente, La Femme Sommeil…) dont l’arrivée n’émeut en rien les deux habitants du lieu ?

Nous voici au cœur de la langue de Botho Strauss, maître des allusions, des relations voilées dont la force est merveilleusement bien rendue dans cette traduction de Michel Vinaver choisie par Alain Françon, qu’on se réjouit d’accueillir pour la première fois au Théâtre du Nord et à l’École du Nord. Le grand metteur en scène, très attaché à la transmission, a déjà abordé l’an dernier l’œuvre du dramaturge allemand, avec les élèves de l’Ensatt et La Trilogie du revoir. Cette fois, il s’attaque à ce petit monument sur la perte de sens et de substance de la conscience moderne, écrit en 1988, s’appuyant sur le talent d’acteurs remarquables dont certains l’accompagnent depuis longtemps.

Autour du spectacle

L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté

Au bord du plateau, rencontre avec l’équipe artistique le jeudi 2 mars après la représentation
– LEVER DE RIDEAU, Mardi 7 mars – de 19h15 à 19h40
Quelques minutes avant le début du spectacle, nous vous invitons à rencontrer et à échanger avec Alain Françon, metteur en scène du Temps et la Chambre de Botho Strauss

  • Réserver

Infos pratiques

1 mars › 12 mars Lille - Grande salle

  • Horaires

    MER. 1er MARS - 20H
    JEU. 2 MARS - 19H
    VEN. 3 MARS - 20H
    SAM. 4 MARS - 19H
    DIM. 5 MARS - 16H
    MAR. 7 MARS - 20H
    MER. 8 MARS - 20H
    JEU. 9 MARS - 19H
    VEN. 10 MARS - 20H
    SAM. 11 MARS - 19H
    DIM. 12 MARS - 16H
  • Durée

    1H40

    Tarifs

    • Plein tarif : 27€
    • + de 60 ans : 21€
    • - de 30 ans : 10€
    • Demandeur d'emploi : 7€


La presse en parle

> La Terrasse, le 22 novembre 2016
« Une pièce étrange que les comédiens et la mise en scène d’Alain Françon font vivre dans toutes ses potentialités. Le Temps et la Chambre constitue une expérience théâtrale à part. »
Eric Demey

> Sceneweb.fr, le le 11 janvier 2017
« la pièce fait jaillir les thématiques de notre quotidien: les névroses, les dépressions, les pulsions amoureuses, les tensions dans les relations au travail. Elle raconte la vie, à travers la plume d’un auteur spécialiste de la solitude humaine. »
Stéphane Capron

> Mediapart, le 6 novembre 2016
« Un quart de siècle plus tard, Alain Françon la met en scène dans la même traduction et c’est une tout autre pièce que nous découvrons. Le temps fait tout à l’affaire. »
Jean-Pierre Thibaudat

> Le Monde, le 12 novembre 2016
« Une ode à la femme éternelle »
Fabienne Darge

> Culturebox, le 6 décembre 2016
« Une pièce exigeante et déstabilisante de l’auteur Botho Strauss. Méconnu du grand public, il est pourtant l’un des auteurs allemands les plus joués dans le monde. Son oeuvre singulière est ici servie par de grands comédiens. »
Anne Elizabeth Philibert

> La Terrasse, le 28 décembre 2016
« Une pièce étrange que les comédiens et la mise en scène d’Alain Françon font vivre dans toutes ses potentialités. Le Temps et la Chambre constitue une expérience théâtrale à part. »
Eric Demey

> FranceInter, le 8 janvier 2017
Alain Françon est au micro de Kathleen Evin

> Libé, le 26 janvier 2017
« A la Colline, Alain Françon met en scène avec finesse «le Temps et la Chambre», une pièce introspective du dramaturge allemand. »
Philippe Lançon

> Les Inrocks, le 2 février 2017
« Georgia Scalliet, remarquée dans « Le Temps et la chambre », la jeune sociétaire de la Comédie Française y incarne une femme multiple et fragmentée »
Louise de Crisney