Alain Françon

Metteur en scène

Nommé le 12 novembre 1996 à la direction du Théâtre National de la Colline à Paris, il a co-fondé le Théâtre Éclaté d’Annecy en 1971, puis dirigé le Centre Dramatique National de Lyon-Théâtre du Huitième de 1989 à 1992, et le Centre Dramatique National de Savoie de 1992 à 1996.
Depuis 1971, il a mis en scène plus de cent spectacles parmi lesquels : Herculine Barbin et Je songe au vieux Soleil d’après William Faulkner ; La Compagnie des hommes et Pièces de guerre d’Edward Bond (Grand Prix du Syndicat de la critique et Molière de la mise en scène) ; Les Travaux et les jours et Les Voisins de Vinaver ; La Dame de Chez Maxim’s de Feydeau ; Edouard II de Christopher Marlowe ; Hedda Gabler d’Henrik Ibsen.


Directeur du Théâtre National de la Colline, il réaffirme son attachement à présenter des œuvres du théâtre moderne et contemporain : Anton Tchekhov, Henrik Ibsen, Ôdôn von Horvéth, Bertolt Brecht,Georg Kaiser, Hans Henny Jahnn, August Strindberg, Heiner Mùller, Edward Bond, Michel Vinaver, Eugène Durif, François Bon, Oliver Cadiot, Daniel Danis, Valère Novarina, Roland Fichet, Enzo Cormann, Didier-Georges Gabily, Hubert Colas, Gildas Milin, Toni Negri, Jean-Luc Lagarce parmi bien d’autres. D’un tournant de siècle à l’autre, le questionnement demeure sous-tendu par une volonté « d’arracher un bout de sens au chaos du monde » et une exigence centrée sur la place première de l’auteur dans le processus de la création dramatique.

 

Quelques repères parmi ses créations au Théâtre National de la Colline :
Dans la Compagnie des hommes (deuxième version, Grand Prix du Syndicat de la critique), Café, Chaise, Naître, Le Crime du XXI e siècle, Si ce n’est toi d’Edward Bond ; Les petites Heures d’Eugène Durif, Les Huissiers, King, Les Voisins de Michel Vinaver ; Le Chant du Dire-Dire (Prix de la meilleure création en langue française) et e de Daniel Danis ; Visage de feu de Marius von Mayenburg ; Skinner de Michel Deutsch ; Petit Eyolf d’Henrik Ibsen ; Katarakt de Rainald Goetz ;
Ivanov, Le Chant du cygne, Platonov et La Cerisaie d’Anton Tchékhov (Molière de la mise en scène) ; L’Hôtel du Libre-Échange de Georges Feydeau.

Depuis 2010 avec sa compagnie Théâtre des nuages de neige, il a créé entre autres : Oncle Vania de Tchékhov, Du Mariage au Divorce : 4 pièces de Georges Feydeau, Solness le Constructeur de Henrik Ibsen, Les Gens d’Edward Bond, Toujours la tempête de Peter Handke.
A la Comédie-Française, il a présenté au cours de ces dernières années : La Trilogie de la Villégiature de Carlo Goldoni, Les trois Sœurs d’Anton Tchékhov, La Mer d’Edward Bond pour son entrée au répertoire en mars 2016.
En janvier 2016, il a monté Qui a peur de Virginia Woolf ? de Edward Albee (Molière de la mise en scène et Prix Laurent Terzieff) au Théâtre de l’œuvre, qui a obtenu le Molière de la mise en scène et le Prix Laurent Terzieff du Syndicat de la critique. Il a créé la saison dernière Un mois à la Campagne d’Yvan Tourgueniev au Théâtre Dejazet.
En 2015, Alain Françon, la voie des textes d’Odile Quirot a été publié chez Actes sud (Le Temps du Théâtre).


Il dirige régulièrement des ateliers de formation dans plusieurs écoles nationales, Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, École du TNS, École de la Comédie de Saint-Etienne, Ensad de Montpellier. En 2015, il a présenté La Trilogie du Revoir de Botho Strauss avec les élèves de l’Ensatt, au Festival de Fourvière à Lyon, et en 2016, Le Vivarium Rouge de Botho Strauss au Festival du Printemps des comédiens à Montpellier avec les élèves de l’Ensad. 


Il est le parrain des douze élèves comédiens de la promotion 6 (2018-2021) de L’Ecole du Nord.