betty heurtebise

Betty Heurtebise est une rêveuse effrontée. Son parcours professionnel est composé de multiples rencontres et expériences. En tant que comédienne, elle a aussi bien exploré le répertoire classique qu’un travail expérimental avec des metteurs en scène ayant des approches théâtrales différentes (Gilbert Tiberghien, Jean-Luc Terrade, Jean-Luc Ollivier,…). C’est avec le metteur en scène bordelais Gilbert Tiberghien qu’elle débute ses expériences de mises en scène en l’assistant sur Opéra Nostra (opéra issu de l’Opéra des gueux de John Gay), Jules César de William Shakespeare et Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig. Et c’est avec lui qu’elle signera sa première mise en scène : la version musicale écrite par Francis Poulenc de L’Histoire de Babar, le petit éléphant.

Elle décide en 2000 de monter sa compagnie La Petite Fabrique pour réaliser son projet de mise en scène essentiellement orienté vers la création pour les enfants. Depuis, elle cherche des écritures qui remettent en question, déconstruisent les stéréotypes pour conduire l’enfant et l’adulte à porter un regard critique et sensible sur le monde, sur les autres et sur eux-mêmes. Elle réunit autour d’elle un collectif d’artistes pour mener un travail de recherche théâtral exigeant. Au croisement des différents langages scéniques : vidéo, son, lumière scénographie et jeu, son geste artistique devient alors un voyage dans l’imaginaire pour le spectateur.
Depuis 2000, 15 spectacles ont vu le jour dans la compagnie : adaptations de contes et d’albums, textes de théâtre contemporain, commande d’écriture, petites formes nomades et répertoire de lectures, Betty Heurtebise et son équipe explorent et expérimentent les rapports au plateau et aux publics et s’adressent aux tout-petits comme aux plus grands.

Progressivement, une thématique se dessine et lie l’ensemble des créations pour le jeune public : l’enfance en marge. Le Journal de Grosse Patate de Dominique Richard en 2003, Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll en 2007, Les Enfants sauvages de Timothée de Fombelle en 2010, Cavale issu du récit d’Elise Fontenaille, Le Garçon qui volait des avions en 2012 et Le Pays de rien de Nathalie

Papin en 2013, tous ces choix de mises en scène reflètent l’engagement de La Petite Fabrique pour proposer un théâtre éthique et philosophique qui élève le spectateur.